ET  LE TEMPS PASSE

Paroles et Musique de :Florian Lacour

Au pieds de longues collines herbeuses du si beau continent
Là où les fleuves égratinent les champs
Sur les cultures, les maisons et les braves gens.

         Ils y vont tous les petits, les grands,

         Font du barouffe, tout en riant ;

         Et ils ricanent, puis ils se calment

         Et disent alors ils sont plus forts,

         Qu’ils ont reçu du superflu,

         Du beau, du grand, du chaud, du dur

         Qui, c’est bien sur,  durera longtemps,

         Ils y vont tous, les petits, les grands !

Quand les abeilles butinent le thym et même le romarin
Jusqu’à la nuit noir, qui chaque soir revient,
Dans la maison, entre le lit, le buffet et la table
Quand on ne cherche rien,
Ni pain ni étable

Ils y vont tous les petits, les grands,

         Font du barouffe, tout en riant ;

         Et ils ricanent, puis ils se calment

         Et disent alors ils sont plus forts,

         Qu’ils ont reçu du superflu,

         Du beau, du grand, du chaud, du dur

         Qui, c’est bien sur,  durera longtemps,

         Ils y vont tous, les petits, les grands !

Quand les oiseaux, au ciel très haut, se demandent où aller,
Et que les vieux arbres restent bien plantés
Quand tous les routes qui vont en villes tracent de grandes lignes
Et que l’herbe pousse, sans même leur en faire signe.

         Ils y vont tous les petits, les grands…

(Parlé)    ET LE TEMPS PASSE