Bien chers Humains, qui près de nous venez…
Paroles de François Villon et Florian Lacour
Musique : Kum, senfter Trost, Heiliger Geist Moine de Salzbourg, XIVe s.


Bien chers humains qui près de nous venez,
N’ayez les cuers contre nous endurcis,
Car, se amour de nos chansons avez,
Dieu en aura plus tost de vous mercis !
Vous nous voiez cy devant vous chantant
Paroles fort justes et sincères garanties…
Et quand bien même trouveriez peu semblantes
Aux chefs-d’oeuvres d’antan certaines mélodies,
De nostre mal personne ne s’en rie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absouldre !

Si chers vous clamons estre, pas n’en devez
Avoir desdaing ; quoy que ne fusmes jamais
Ni médecins, grands maistres couronnés,
Avons par contre bon sens toujours bien frais.
Excusez-nous, puisque sommes simples chanteurs,
Envers le fils de la Vierge Marie…
Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
Nous préservant de l’infernale peur…
Ne cherchons point avec sophistes en découdre
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Jamais nul temps nous ne sommes assis :
Puis ça, puis là, comme le vent varie
A ses plaisirs sans cesser nous charrie
Avec nos vièle, mandorle, voix et ris…
Or soiez donc de notre confrairie
Vous qui travaillez dur matins et nuits…
Prince Jhésus, qui sur nous a maistrie,
Garde qu’Enfer n’ait de nous seigneurie !
Dans joies près de vous jamais notre vie lourde
Mais priez Dieu que tous nous veuille absouldre !