LE CHEVALIER D'ELDORADO

Paroles : Florian Lacour, d'après un poème d'Edgar Allan Poe
Musique : "La Rosa enflorece", romance judeo-espagnol anonyme


C'est brillamment paré qu'un hardi chevalier
Avait très longtemps voyagé,
Traversant chaque saison
En chantant une chanson,
Sous la pluie, sous la grèle, sous le soleil, sur terre, sur l'eau,
En traversant les saisons de l'air froid aux jours trop chauds
A la recherche de l'Eldorado.

Mais le voilà qui devînt vieux ce chevalier
Et sur son coeur l'ombre est tombée,
Parce que dans le monde entier
Il avait partout cherché,
Nulle part il néavait vu de terres semblables à son mirage
A ce hâvre qui lui ôterait enfin tous ses fardeaux
Nulle part il néavait vu l'Eldorado.

Mais à la fin comme les forces lui manquaient,
Perçu une ombre pélerine : « Ombre, dit-il,
Où est cette terre qui me fascine,
Où peut bien être cette terre d'Eldorado au monde.
Vois, les forces m'abandonnent, je n'ai que peau sur les os,
Dis-moi où est la terre d'Eldorado ?

« Par-delà les montagnes de la lune et puis au fond
De la triste vallée des ombres,
Chevauchez bien hardiement
Par les terres claires ou sombres.
Si vous le voulez voir, lui dit l'ombre, un jour devant vous,
Chevauchez bien hardiment chevalier qui cherchez tant,
Vous trouverez bientôt l'Eldorado ! »