Dames et Chevaliers

Paroles de Florian Lacour
Musique : "Ô, Tante Malh'a", chant traditionnel de l'Atlas

 

J’en ai vu plus d’un qui passait Vêtu comme un Chevalier,
Entendu plus d’un qui parlait De Dragons et de très hauts faits,
Plus d’un voulant me faire accroire, Du petit matin jusqu’au soir,
Qu’il était mon plus grand espoir,
Qu’il était ce que je ne pouvais voir.

J’en ai vu plus d’une qui passait Des Dames qui étaient sans âme,
J’en ai vu plus d’une qui jouaient A rendre malheureux tous les hommes,
Plus d’une qui cherchait à leur plaire Pour seulement leur faire faire
Ce qui rend méchant et pervers,
Ce qui rend triste et solitaire.

 Moi je sais comment les reconnaître Les vraies Dames, les vrais Chevaliers,
Moi je peux déjouer tout le paraître Des faux dévots des aventuriers,
De tous ceux qui sans cesse en route Veulent puiser à toutes les sources
Pour égayer leur grand malheur,
Pour oublier comme ils ont peur.

 Oh ! Vous, les Manants, les sans titre, Les joueurs de botte ou de fifre,
Oh ! Vous, Vagabonds des grands-routes Et vous, tous les pauvres en déroute,
Je sais que vos coeurs ont encore la chance De retrouver toute l’importance
De Feu chaud de la Providence,
De la Vie qui toute seule se pense.