Les Dames du Temps jadis...
Paroles de : Florian Lacour
Musique de : Isline Dhun


L'Amoureux :
Il me suffit de vous voir
Pour que sourde de ma mémoire
Les Dames que j’ai tant aimées:
Les Dames de tout mon passé..

Elles rayonnaient fin’amor
Par leur seule aimable présence ;
Elles réveillaient en tout cœur,
Amour vrai, même en leur absence.

Étaient Dames sachant aimer...
Et vous, ma Dame, ce me semble, savez....

UNE DAME :
Sommes Dames sachant aimer…
Et vous, Messire, ce me semble,savez…

L'AMOUREUX :
Que ce soit la très sage Héloise ou Francesca de Rimini :
Toutes étaient sous l’emprise de fin’amor, de la vraie Vie...
Que ce soit l’altière Guenevièvre ou du Dante la Béatrice :
Moult raisons ai-je d’être fier d’avoir connu Amour de ces Dames jadis....
Près du Mans, en l’obscure forêt, vis la douce Berthe "aux grands pieds"
Qu’horrible servante a chassée loin de son époux Pépin le Bref...
De même Louise, la belle Cordière, qui vivait et parlait
sans blêmir
De ses aventures outrancières avec luth et sur cheval, par plaisir...
Et vous donc, grande Marie de France qui m’enchanta de tous ses Lais
De Rossignol, d’Amants qu’Amour élance, quand près d’Elénor d’Aquitaine étais....

LA DAME :
Nous, Dames du temps passé,
Avons su vous faire oublier
Tous les Jaloux, Brutes et Persécuteurs !
Notre Amour fut triomphateur...
Lauzengiers et Viandeurs
Qui d’amour avaient peur
Ne voulaient point qu’autrui trouva bonheur
Dans la réunion de deux cœurs...
Mais sont nos noms qui sont restés gravés
A l’éternelle postérité...

Regardez les prêtres pervers,
Les trousseurs vicelards,
Les amants délaissés
Car point sachant aimer...
Certes, auront mille frères
Dans les siècles plus tard
Pour nous persécuter,
Nous et nos bien aimés...
Mais ils sont laids et veules,
Solitaires et aveugles :
De vrais pestiférés
Proches cadavres décomposés...

L'AMOUREUX :
Certains vont cependant disant
Que guère réelles furent ces Dames
Et que l’on va alors répétant
Grands mensonges sur leurs flammes…

Mais elles me servent pour glorifier
Toujours l’Amour de fin’amor;
Pour faire savoir ce qu’est aimer
Au-delà de vie ou de mort...

Sont images pour nous souvenir,
Et vous, ma Dame, gardez leur sourire...

LA DAME :
Sont images pour nous souvenir,
Et nous, Messire, nous gardons leur sourire...