La fontaine de nos villages

 

Paroles de Florian Lacour. Musique refrain : "Tempus transit gelidum", issue des Carmina Burana (Cb 153), XIIIe s. Musique couplets : Roland Deniaud

 

Toi qui passes, viens me voir, viens donc, je suis la fontaine
D’où jaillit nuit et jour une eau fraîche que tu aimes
Elle étanche les soifs de ton corps fatigué ;
Et moi, j’offre à ton cœur, une image enchantée…

Car la fontaine c’est bien toujours l’âme du village
Même si elle est morte et asséchée ;
La fontaine est le témoin des tout premiers âges
Où le village a été fondé.

Tu peux t’asseoir au bord de ma margelle
Tu peux regarder les cercles de l’eau qui jaillit
Ou te laisser séduire en n’écoutant plus qu’elle
Par la fée que, parfois, on raconte voir ici.

Tant de miracles auraient eu lieu aussi,
Près de nos vasques de fontaines campagnardes
Tant de Saints, tant d’Anciens nous l’ont souvent transmis
Qu’il serait bon peut-être alors que tu nous regardes !