Sourcières, mes Sœurs !
Paroles : Florian Lacour - Musique : Isline Dhun

Ce sont hommes cachés sous robes noires de femmes,
Glapissant “Amour, Charité, Paix de l’âme”!
Comme l’Agneau parlent doucereusement...
Mais Loups soudain, ils montrent leurs dents !

Nous pourchassent et nous guettent pour nous tuer
Par fers chauffés aux brasiers ou bûchers...
Grande peur ils ont tous de nos pouvoirs
Grande peur de leur vie sur terre sans nul espoir !

Sourcières, ô vous mes soeurs !
Sages femmes des villages
Fuyez, fuyez la rage
Des dévots du Malheur !
Gardons toutes la Source
Qui nous fait des Sourcières;
Elle est au coeur de tous ceux
Qui aiment la Terre !

Pire que la Peste leur grand Mal se répand...
Ils voient leur Diable là où nous voyons le beau Pan !
Ils veulent voir les malades tous souffrir et mourir
Quand nous, nous avons les Plantes, les Simples pour les guérir !
Autour de nous, vivante est la Nature,
Eux portent la Mort, en pendantif sur leur bure...
Nos connaissances sont fatales à leur Foi
Eux promettent pour après notre mort la vraie Joie !

Sourcières, ô vous mes soeurs !
Sages femmes des villages
Fuyez, fuyez la rage
Des dévots du Malheur !
Gardons toutes la Source
Qui nous fait des Sourcières;
Elle est au coeur de tous ceux
Qui aiment la Terre !

Pire que la Peste leur grand Mal se répand...
Ils voient leur Diable là où nous voyons le beau Pan !
Vont toutes nous tuer par le feu des bûchers...
Ils vont détruire la Terre, rendant méchants les gens
Mais un jour notre science de Sourcières renaîtra
Pour guérir ce(ux) qu’ils mènent tous les jours au trépas !

Sourcières , ô vous mes soeurs,
Sages femmes connaissantes
De la Lune et de ses lueurs
Des petits êtres qui enchantent
Les bois, les roches et les eaux...
Les fourbes contre nous font haro
Et nous devons quitter la Terre !